Et si ce mois-ci, on parlait des émotions

Commençons par le commencement…

Il existe un grand panel d’émotions. Pour rendre cela plus lisible, Daniel Goleman, rendu célèbre pour son livre « L’intelligence émotionnelle » cite les 8 émotions références : la colère, la tristesse, la peur, le plaisir, l’amour, la surprise, le dégout et la honte.

Les émotions ne sont ni négatives ni positives. C’est la façon dont on va les ressentir qui est soit agréable soit désagréable.


Les émotions nous aident à identifier nos besoins et à les satisfaire. Ne pas reconnaître une émotion que l’on ressent peut la faire resurgir plus tard avec une plus forte intensité.

emotion entreprise toulon

Comment écouter les émotions dans les entreprises ?

On entend beaucoup parler de gestion des émotions. Vous trouverez de nombreux articles à ce sujet. Dans cet article, j’avais envie de vous parler de la prise en compte des émotions dans l’entreprise. Pourquoi ? Tout simplement parce que quand j’en parle, ce sujet fait débat. C’est simple, on peut vite être face à 2 clans, ou 2 avis très tranchés. J’ai également remarqué que ces deux positions s’expriment peu importe le fait que l’on soit un salarié, un dirigeant, en entrepreneur, un manager… 

Soit l’émotion n’a pas sa place dans l’entreprise. C’est quelque chose de personnel, de privé dont l’on ne veut pas parler dans son travail, ou à des collègues ou des supérieurs, car ce ne sont pas des amis. On retrouve ici la notion de l’intime évoquée plus haut.

Soit je ne suis pas divisé en 2 : le moi au travail et le moi à la maison. Cela ne me dérange pas d’évoquer des choses personnelles, ou mes ressentis au travail car ce n’est pas quelque chose qui me dérange à partager.

Quelle est la bonne stratégie à adopter dans ce cas là ?

  • Si on émet l’hypothèse que l’on est tous différent et que dans une entreprise nous allons retrouver des personnes souhaitant parler de leurs émotions et d’autre non.
  • Si l’on écoute les ouvrages scientifiques sur l’intelligence émotionnelle qui montrent la plus-value pour entreprise de prendre en compte les émotions. Avec des conséquences comme le bien-être au travail, la performance, une meilleure fidélisation des salariés, une écoute des talents dans l’entreprise …

Le compromis ! Mettre en place une structure, des animations qui permettent d’écouter les émotions dans votre entreprise, tout cela soumis au volontariat des personnes.

Le principe de base lorsque l’on parle d’émotion, c’est d’extérioriser l’émotion : en parler, l’écrire, la dessiner …

  • Vous pouvez faire un mur à la machine à café où les personnes inscrivent leur météo du jour
  • En réunion vous pouvez aussi commencer en posant la question « Comment vous vous sentez avant de commencer/ après cette réunion
  • Vous pouvez aussi utiliser les couleurs
  • Vous pouvez faire quelque chose sur les besoins du jour : Rester concentré, échanger, me motiver, … Et les personnes viennent se positionner le matin.
  • Un mur libre où chacun écrit ou dessine au fil de la journée
  • Des espaces dédiés à l’émotion dans l’entreprise. « La salle de réunion des grognons » et quand je suis énervée je peux y aller.
  • Des espaces pour échanger sur ce qui est difficile avec une animation en co-développement par exemple
  • Des espaces pour célébrer les joies cela renforce le collectif
  • Des totems des réussites…

Mon avis !

  • À force de voir les personnes volontaires le faire, en parler, cela peut donner envie à ceux un peu réfractaire de participer aux animations. C’est l’effet « Tâche d’huile »
  • Mettre de l’énergie pour à tout prix vouloir tout le monde et forcer même les réfractaires en rendant les animations obligatoires vont vous demander une énergie folle pour un résultat limité car les personnes ne souhaitant pas être là, ne vont pas retirer les bénéfices de votre animation.
  • Les espaces ou les moments où on permet à l’émotion d’être et de vivre dans l’entreprise sont des moments privilégiés qui renforcent la cohésion, le mieux travailler ensemble et in fine la performance.